Historique

La paroisse Sainte Anne est relativement récente, puisque c’est en 1865 que débute la construction d’un couvent, d’une église et de locaux de classes, suite à un don de la comtesse de Meeus d’Argenteuil, destiné aux Sœurs de Saint-Vincent de Paul, à charge de créer une école et de soigner les malades pour les habitants de Joli-Bois.

La première messe y fut célébrée le deuxième dimanche d’octobre 1865. Durant vingt-cinq ans, des prêtres de Waterloo centre y célèbreront la messe.ancienne église Ste Anne Waterloo

En 1890, un nouveau chapelain est nommé avec mission pastorale sur Joli-Bois, c’est l’abbé RAUSCENT.

En 1893, l’église est consacrée par le cardinal GOOSSENS.

Le 7 juin 1895,  la comtesse de Meeûs rend officielle la donation des bâtiments par un acte en faveur de l’église  de Waterloo-Saint-Joseph.

En 1897, le 23 janvier, un arrêté royal reconnaît le caractère officiel de la paroisse. La même année, l’abbé RAUSCENT et les religieuses échangent leur habitation : le couvent devient presbytère et la maison du chapelain, couvent.

Abbé Rauscent présidera à la destinée de la paroisse jusqu’en 1943 ; L’abbé DOMKEN jusqu’en 1954 ; et  l’abbé Charles COLLE jusqu’en 1969. C’est à cette époque que l’abbé CORIN, dont le nom reste attaché à l’association « Mains tendues »fut vicaire à Sainte-Anne avant de devenir vicaire à Waterloo Saint-Joseph.

Le père Willaume S.J. fut chargé de célébrer les offices entre le départ de l’abbé COLLE et l’arrivée de son successeur, l’abbé Albert PEETERS en décembre 1968. Au moment où il est appelé à cette charge, il était professeur au Collège.

Il restera à la tête de la paroisse jusqu’en 1985 . C’est pendant son pastorat que l’actuelle église a été construite. Mais deux événements marquants ont précédés cette construction : le 19 mai 1969 (lundi de Pentecôte), la foudre enlève un coin du clocher et le 27 décembre 1973, le feu détruit la salle des fêtes et se communique à la toiture de l’église.

Ainsi va naître le complexe actuel, de conception moderne et polyvalente. Il fut mis en service dans la nuit de Noël 1977, quatre ans presque jour pour jour après l’incendie, et inauguré par le Cardinal SUENENS le 30 avril 78. Ainsi un siècle plus tard,  Sainte Anne-la-Neuve continue la mission de l’ancienne église offerte par la comtesse de Meeus d’Argenteuil. Depuis cette époque, le nombre d’habitants de la paroisse est passé de 1611 à environ 7500 (2890 boîtes aux lettres).

Au décès de l’abbé Albert PEETERS, la paroisse fut confiée à l’abbé Bernard DECKMYN, professeur au collège Cardinal Mercier, au titre d’administrateur paroissial, et ce, pendant une bonne année. Puis vint l’abbé Michel DUPIRE qui assura la direction de la paroisse de 1986 à 1989 ; ayant été appelé au poste de doyen de Nivelles, il céda sa place à l’abbé Ignace PLISSART qui assuma la responsabilité pastorale jusqu’en octobre 2006, toujours aidée par Sœur Marie-Xavier, dominicaine missionnaire de Fichermont, qui en 1995 a fêté ses vingt-cinq de bons et de loyaux services à la paroisse. Pendant ses dix-sept ans à Sainte-Anne, les abbés Bernard DECKMYN et Marcel DOGOT l’assistèrent, l’un comme vicaire dominical et l’autre comme « présence sacerdotale » à l’école Saint-Anne. En octobre 2006, à l’âge de 70 ans et après 17 ans de service, l’abbé Ignace PLISSART cède la main à l’abbé Vital MBADU-KWALU.

En avril 1996, Monseigneur Remy VANCOTTEM a inauguré l’actuel chœur de l’église, qui jusqu’à ce jour, était resté à l’état de chantier.